Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le sport dans tous ses états

Le sport dans tous ses états

Actualités, histoires extras-sportives, crises, défaillance du système..Les ingrédients sont là, c'est parti pour la recette!

Du "suspens" en F1 : Enfin !

Du "suspens" en F1 : Enfin !

En 2015, Hamilton et Mercedes avaient tout gagné (ou presque) sur la saison. La faute à une Team Mercedes techniquement au-dessus des autres : Ferrari a sauvé les meubles, Alonso n'avait pas la voiture pour lutter, Grosjean était trop seul chez Lotus et Red Bull devait retrouver un nouveau Vettel.

Cette année, on reprend quasiment les mêmes, et on repart avec le même fonctionnement sauf pour les qualifications. Déjà peu passionnantes avec la domination d'Hamilton, le nouveau système qui élimine tour par tour est affligeant, et manque cruellement de spectacle.

Trois grand prix se sont déjà déroulés et on est étonnement surpris, ce n'est pas Hamilton qui règne en maître mais son compatriote. Le début d'un long suspens? N'allons pas trop vite quand même et prenons le temps d'analyser les GP disputés.

Grand prix d'Australie :

Hamilton en pôle, Rosberg deuxième et les deux Ferrari sur la deuxième ligne. On repart sur les mêmes bases que lors de la dernière saison. C'était parti pour un GP long et sans rebondissement. Sauf que l'embrayage du Britannique en a décidé autrement. Départ raté et les Ferrari passent en tête. Une course poursuite s'installe. Un premier arrêt au stand permet à Rosberg de reléguer Raikkonen derrière lui et de fondre sur Vettel. Et au 17ème tour, drame : la Mclaren d'Alonso grimpe sur la monoplace de Gutiérrez, ce qui lance la voiture de sécurité. Plus de peur que de mal pour le pilote espagnol. La suite de la course, Vettel passe des pneus "super tendres" alors que Rosberg à mis les "tendres" et Hamilton les "médiums". Rosberg gagne, Hamilton deuxième et mention spécial a Grosjean au volant de sa Haas qui prend une belle sixième place.

Grand Prix de Bahrein :

Deuxième grand prix de la saison avec un système de qualification désastreux remis en cause par les pilotes, mais la FIA (Fédération Internationale Automobile) ne démord pas : on garde ce système. Rosberg tient la pôle mais Hamilton le bat en bout de la Q3 (3ème partie des qualifications). Les Ferrari sont troisièmes et quatrième et la Red Bull de Ricciardo cinquième. Le tour de formation laisse Sebastian Vettel sur le carreau : un combat de moins à livrer pour les Mercedes. Le suspens en prend un coup. Hamilton et Bottas se touchent, Rosberg vire en tête et ne lâchera rien devant Kimi Raikkonen qui finit deuxième. Hamilton, avec sa voiture abîmée revient sur le podium et le complète. Red Bull pointe le bout de son nez avec la quatrième place de Ricciardo et s'affirme comme la troisième force du plateau de cette saison. Après sa grosse sortie de route, Alonso n'était pas autorisé à prendre le départ. Grosjean s'en sort toujours bien avec une belle cinquième place.

Grand Prix de Chine :

Enfin le retour à l'ancien système de qualification pour ce GP. Hamilton éliminé en Q1 (première phase des qualifications), Rosberg est tranquille et accroche sa première pôle de la saison devant la Red Bull de Ricciardo et les deux Ferrari. Grosjean rentre dans le rang et s'élance de la 14ème position. La course démarre et la Red Bull de Ricciardo prend l'avantage sur la Mercedes mais une crevaison replace les choses dans l'ordre et Rosberg maîtrise la course. Vettel et Kyat se touchent, Ericsson casse l'aileron avant d'Hamilton et la voiture de sécurité entre en piste. Après ces multiples accrochages (ha ces fameux premiers virages...), la course reprend, Hamilton doit remonter et Rosberg gère devant. L'allemand finit devant Vettel et Kyat et emporte son troisième GP de suite. Le meilleur pilote de ce début de saison conduit une Mercedes mais ne s'appelle pas Hamilton mais bien Rosberg.

Bilan des trois premiers GP :

Rosberg :75 points

Hamilton : 39 points

Ricciardo : 36 points

En conclusion, l'Allemand est bien parti pour faire cavalier seul mais Hamilton ne manquera pas de chance toute la saison. L'ambiance tendue depuis l'année passé entre les deux hommes promet énormément de suspens cette saison, pour le plus grand plaisir des fans. Les Ferrari collent au train et n'attendent qu'une faute des Mercedes. Derrière, c'est ouvert. Grosjean surprend au volant d'une voiture moyenne, les Red Bull sont bien placées, Alonso est toujours un excellent pilote. On a déjà hâte d'être au GP de Russie!

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article