Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le sport dans tous ses états

Le sport dans tous ses états

Actualités, histoires extras-sportives, crises, défaillance du système..Les ingrédients sont là, c'est parti pour la recette!

La fin d’une ère, la fin du « Zlatanage » .

La fin d’une ère, la fin du « Zlatanage » .

C’est toute la twittosphére qui s’est fait zlataner ce matin. Comme un coup de tonnerre, Ibra annonce qu’il jouera son dernier match Samedi soir avec le PSG. Il l’a annoncé via un tweet Zlatanesque : « My last game tomorrow at Parc des Princes. I came like a king, left like a legend » (Demain, mon dernier match au Parc des Princes. Je suis arrivé comme un roi, je repars comme une légende). Du grand Ibra encore une fois.

C’est donc l’heure de tirer le bilan de l’attaquant du PSG depuis 2012. Ibra mérite t-il de se faire zlataner ou doit-il être vénéré ? Aucun des deux. C'est mitigé.

Sur le plan sportif, il convient de séparer deux éléments : le national et l’Europe. Sur le plan national, c’est un monstre : 111 buts en 121 matchs. Sa pire saison, il marque 24 buts (2014/2015), il y a pire. Et surtout, il a remporté 10 titres (4 Ligue 1, 3 trophées des Champions, 2 Coupe de la Ligue et 1 Coupe de France, en attendant la finale du 21 Mai). Il a atomisé toutes les équipes de Ligue 1, même en marchant par moment. Même quand le PSG était moyen, il trouvait le moyen de marquer ou de nous régaler par quelques gestes de classe. Alors oui, la Ligue 1 est faible et il n’y a aucune opposition. Oui, le PSG a un effectif de stars et si on prend poste par poste, ils sont tous nettement au-dessus de leurs homologues en France. Mais ça, le PSG n’y peut rien. Les autres n’ont qu’à devenir plus compétitifs.

En Europe, c’est une autre histoire. Rappelons qu’il a été recruté pour faire du PSG l’une des meilleures équipes d’Europe et d’aller le plus loin en Ligue des Champions. Quatre tentatives, quatre fois éliminé en Quart. Et pas avec un Ibra des grands soirs. Un manque de présence sur les grands matchs, et cela se voit sur ses stats : 20 buts en 33 matchs, loin des standards de grands buteurs. Ibra n’a pas apporté grand chose sur la scène Européenne. Pire, on a l’impression qu’il n’y a eu pas de progrès. Ce quart de finale tellement pauvre en terme de jeu contre City en est la preuve mais Zlatan n’en est pas forcément le seul coupable.

Côté extra-sportif et médiatique, c’est une tornade qui s’est abattue sur le Ligue 1. Jamais a l’abri d’une déclaration fracassante, Ibra a énervé, agacé mais surtout s’est montré légèrement arrogant. Il déclarait il y a peu que le PSG « était né en 2011 lors de l’arrivée des Qataris ». Personne n’aurait raconté l’histoire du PSG au petit Ibra ? Et la coupe des vainqueurs de coupe (ou appelée C2) en 1996 ? Les 1/2 finales de Ligue des Champions 1994/1995 ? Non il s’est permis de « cracher » sur l’institution et personne ne lui dit rien au club. Preuve que les millions dépassent l’histoire. On se rappellera aussi la déclaration après une défaite du PSG à Bordeaux (3/2) « Ce pays de merde qui ne mérite pas le PSG ». Mais qui est Zlatan pour se permettre cela ? Le taulier. Celui qui couche les noms sur la feuille de match. Celui qui explique à Laurent Blanc comment le PSG doit jouer. Il a également expliqué que sa statut remplacerait à terme la tour Eiffel. Le joueur est hors norme. L’homme aussi.

Tout cela n’est finalement pas grand chose car demain le temps va s’arrêter pour respecter la dernière sortie en Ligue 1 du Suédois. Un dernier baroud d’honneur, une dernière ovation et Zlatan s’en ira vers d’autres horizons. On ne peut que lui dire merci. Merci pour ces valises de buts, merci pour le spectacle. Bon vent l’artiste.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article