Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le sport dans tous ses états

Le sport dans tous ses états

Actualités, histoires extras-sportives, crises, défaillance du système..Les ingrédients sont là, c'est parti pour la recette!

Dossier Euro 2016 (Partie 1) : le premier round est terminé.

Dossier Euro 2016 (Partie 1) : le premier round est terminé.

Ha le parfum de 98 revient et avec lui tous les espoirs d’un peuple. Une France victorieuse, tout le monde en rêve. La fête est lancée et avec elle, son paquet de débiles qui veut perturber le spectacle. En dehors de ça, on a vu de belles choses sur le terrain, et en dehors (oui je vous assure !). Retour sur la première phase de l’Euro.

France – Roumanie : Le premier match du tournoi et avec lui la célèbre cérémonie d’ouverture. Guetta en guest, au milieu du stade de France. Le spectacle est court, joli mais les spectateurs ne paraissent pas euphoriques quand le DJ lance ses multiples sons. Bref, pas emballant tout comme ce match. Deux ans de matchs amicaux, ça n’aide pas pour rentrer dans une compétition officielle. Des bleus timorés en première mi-temps, des Roumains qui ont détaché les caravanes et semblent bien plus dangereux que nos frenchies. Grizemann et Pogba perdus, Evra à la ramasse totale et un Giroud esseulé en pointe. Heureusement que LLoris et Kanté sont là (il faut souligner le travail monstrueux du milieu de Leicester, dans l’ombre mais tellement indispensable). Dés la reprise, on semble repartir sur les mêmes bases. Et c’est la que Payet enfile son costume de magicien. Dribbles, changement de rythme, passes précises, tout lui réussi. Une passe millimétrée pour Giroud et le trou est fait (1-0). Mais la joie est de courte durée. Patrice Evra, encore lui, laisse traîner sa jambe et provoque un penalty, Lloris est battu (1-1). A ce moment, le match nul est logique pour les deux équipes mais c’était sans compter sur Payet. D’une frappe magnifique du pied gauche pleine lucarne, il libère les bleus et offre une première victoire précieuse tant elle est fut longue à se dessiner. L’homme du match sort sous une ovation et en versant quelques larmes. Chapeau l’artiste.

La fan zone : Au pied de la tour Eiffel, les supporters exultent, se prennent dans les bras, crient leur amour pour les Bleus. Le public Français répond présent et semble désormais être à 300% derrière les joueurs, enfin !

Marseille, terre de conflit : Angleterre – Russie, une des affiches à risque de cet Euro (indice 3 sur 4) au Vélodrome. A croire que l’UEFA a fait exprès de mettre ce match à Marseille. Bref, les Hooligans Anglais et Russes ont débarqué et étaient légèrement imbibés. Ils ont commencé à se titiller pour ensuite en venir aux mains. Les supporters Marseillais (toujours prêts à en découdre) se sont incrustés et la c’était le grand bazar. Les CRS débordés, des jets de canettes, chaises et autre barre de fer était devenu le passe temps favori. Ce n’est pas la plus belle image de l’Euro mais celle qui est fait le plus de « buzz ». Bref, gros coup de gueule envers ces abrutis. Certains vont être renvoyés du Pays. Il ne fallait pas les laisser entrer tout simplement.

L’Allemagne a aussi eu du mal : Malgré une victoire 2-0 face à l’Ukraine, la Nationalmannschaft n’a pas affiché la domination qu’on lui connaissait. Gotze, en pointe, a traversé le match comme un fantôme, Neuer a encore montré qu’il est le meilleur gardien du monde et Kroos a été à la base de toutes les actions Allemandes. On sent que l’absence de Hummels se fait ressentir derrière. Malgré un effectif largement inférieur et techniquement moins bon, les Ukrainiens ont joué sans complexe. Il faudra se méfier de cette équipe qui peut créer la surprise.

L’Espagne rassure : On ne savait pas quelle Roja nous allions avoir durant cet Euro. On peut se rassurer. J’ai trouvé une belle équipe d’Espagne et le score ne reflète pas forcément le contexte du match. Les Espagnols ont joué juste et précis (67% de possession, 89% de passes réussies (601 passes au total) mais il leur reste à régler la mire. Trop imprécis dans la finition, les Espagnols auraient du alourdir le résultat. Les latéraux ont vraiment apporté un plus devant (Alba et Juanfran), Piqué et Ramos étaient souverains et Iniesta a été royal. Toutes les phases dangereuses sont pratiquement passées par lui. Que ce soit en passes courtes, dans la profondeur ou techniquement, c’est la star de cette équipe. A l’inverse, Morata n’a pas pesé sur l’attaque et Fabregas semblait perdu et n’arrivait pas à prendre ses marques.

Heureusement il y avait Belgique-Italie : Le choc annoncé de ce premier tour. Et choc il y a eu, sur la tête des Belges. Très en dessous des Italiens, les Diables Rouges ont sombré pendant 90 minutes. La faut à une Magnifique équipe d’Italie, qui s’annonçait sur le déclin et qui a prouvé tout le contraire. Quel joli spectacle. Ce schéma en 3-5-2 de Conte (le même qu’il utilisait à la Juve) a fait mal aux Belges. Les 3 défenseurs centraux (Bonnuci – Chielleni – Barzagli) ont été énorme, les milieux ont muselé l’entrejeu Belge et devant, Pellé et Eder ont fait le boulot. Et dire que cette Italie là est privée de Verrati, Marchisio et que Motta est cramé ! Ce fut pour moi le match de l’Euro pour le moment. Et l’Italie est à craindre.

Ce premier tour est donc mitigé : les premières rencontres n’ont pas emballé les supporters, les Anglais et les Russes ont donné plus de spectacle en dehors que sur le terrain. Dans ce ciel nuageux du foot Européen, il y aura au moins eu une éclaircie Lundi soir avec ce match de haut niveau. Il en fallait bien une ! Maintenant, on espère que le foot sera au centre des débats et que le spectacle sera au rendez-vous.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article