Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le sport dans tous ses états

Le sport dans tous ses états

Actualités, histoires extras-sportives, crises, défaillance du système..Les ingrédients sont là, c'est parti pour la recette!

Euro (partie 5) : Les Bleus échouent en finale

Euro (partie 5) : Les Bleus échouent en finale

Cruel, Tristesse, Désarroi, Amertume…Il y a beaucoup d’adjectifs pour qualifier ce que des millions de Français ont vécu hier soir lors de la finale de l’Euro, remportée par le Portugal 1-0. Il faut savoir être beau joueur, et dire bravo aux Portugais même si certains pensent que ce n’est pas mérité. Ce n’est pas mérité au niveau du jeu c’est certain. Mais est-ce que les Bleus méritaient plus en se basant sur le jeu uniquement ? Je ne pense pas. C’est au courage et au mental que cette victoire s’est dessinée. Et sur ce match, peut-être que les Portugais étaient encore plus déterminés et plus forts mentalement. Quoiqu’il en soit, c’est un crève cœur pour tout un pays, une désillusion, surtout après avoir éliminé les Allemands en demie. La France pensait avoir fait le plus dur. La défaite n’en est que plus décevante…

Et pourtant le début de match ne laissait pas imaginer un tel dénouement. Les Français sont beaucoup mieux rentrés dans leur match que leurs adversaires. Les Portugais rataient à peu près tout alors que les Bleus se sont montrés dangereux dès le coup d’envoi. Seulement voilà, après une très bonne entame, le ton est redescendu et on a assisté à un match plutôt fermé et ennuyeux. L’un des tournants du match a eu lieu à la 25éme minute quand, suite à un choc de Payet sur Ronaldo, ce dernier est sorti sur civière, en pleure. Il sait que sa finale s’arrête là. Sans le leader Madrilène, on pensait avoir des Bleus surmotivés, ça n’a pas été le cas. Ce sont les Portugais qui ont dû se dire que pour leur capitaine, ils se devaient d’aller au bout et de gagner. Pendant ce temps, Sissoko fait le show. A la 32éme minute, talonnade pour lui-même, il efface Cédric et frappe. Rui Patricio repousse. 0-0 à la mi-temps.

Dès la reprise, on repart sur les mêmes bases, la France a le ballon mais ne sait pas trop quoi en faire. Payet, transparent, sort à la 58éme et Coman prend sa place. Et puis, sur une passe de Coman, Grizemann rate l’immanquable. Une tête qui ne trouve pas le cadre. Rui Patricio n’avait pas bougé. Encore raté. Le gardien est monstrueux. A la 66éme, Giroud frappe du gauche et le Portugais repousse toujours. Un bal d’occasions manquées. Le Portugal réagit à la 80éme quand Nani effectue un centre-tir que Lloris doit repousser d’une main, Quaresma tente un retourné mais le gardien Français est encore là. Ça sent les prolongations lorsqu’à la 83éme, Sissoko déboule côté droit, frappe fort mais Patricio est dessus. Entre temps, Gignac est rentré à la place de Giroud et à la 92éme, attrape le poteau après avoir effacé Pepe. C’était l’occasion de tuer le match. On va avoir le droit aux prolongations.

A la 107éme, l’arbitre siffle un coup franc pour une main de Koscielny, alors que c’est Eder qui touche le ballon. Guerreiro frappe et ça touche la barre. Sur l’action suivante, Eder fait taire le stade de France sur une frappe à ras de terre. Lloris est battu, le Portugal est devant. Les Français essaieront encore par Martial mais rien n’y fait. La fin du match est sifflée. Les Français sont à terre, le Portugal exulte.

La suite ? Une immense tristesse, un Jallet inconsolable, des joueurs perdus sur le terrain. La réalité du haut niveau est là. Ce n’est pas toujours l’équipe qui domine qui gagne à la fin. La belle histoire s’arrête là. Peut-être que l’Euro des Français s’était terminé après la demie et l’exploit face aux Allemands. Les Portugais avaient plus d’envie hier soir. Ils ont plié mais n’ont jamais rompu. Les Bleus, eux, quitte l’Euro en larmes. La victoire était là tout prés. La seule victoire des Français : avoir réussi à reconquérir tout un peuple derrière eux. Peut-être que c’est là, le plus bel exploit de cette équipe.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article